Resource Filter
All Ressources
Fruits et légumes
Grains et élevages
Les savoir-faire
Producteurs

Eugène Vachon

Une des astuces trouvée par Eugène pour
maîtriser naturellement l’acidité du vin : ajouter
¼ de livre de rhubarbe par gallon d’eau.
Mode opératoire
5 étapes pour fabriquer le vin
- Mélanger l’eau, les fruits, le sucre et la levure
- Laisser macérer environ 1 semaine :
1e fermentation puis soutirer
- Laisser macérer environ 1 semaine :
2e fermentation puis soutirer
- Stabilisation et clarification
- Embouteillage

Find on Map

La cerise

Le fruit du caféier s’appelle également cerise. C’est son noyau torréfié qui sert à fabriquer la mouture que l’on boit. Le café fait cependant partie de la famille des rubiacées, alors que la cerise est membre de la famille des rosacées.

Téléchargez la fiche

L’amélanche

En 1882, une équipe d’arpenteurs dirigée par John Lake visite les rives de la Saskatchewan Sud pour y établir la Temperance Colonization Society de Toronto. Le nouvel emplacement prend alors le nom de « Saskatoon », mot provenu du vocabulaire cri : « mis-sask-guah-too-min », qui désigne l’amélanche, alors abondante dans la région.

Téléchargez la fiche

Le chèvrefeuille et le camérisier

Le camérisier est une plante autostérile. C’est-à-dire qu’il a besoin du pollen d’une autre plante pour produire des fruits. C’est pour cette raison qu’il est suggéré de planter au minimum 3 arbrisseaux pour obtenir des fruits. Il faut aussi de se méfier des oiseaux qui raffolent du haskap et peuvent vider un arbre en moins de 24 heures.

Téléchargez la fiche

L’argousier et son cousin la shépherdie

En agriculture, on plante des argousiers pour enrichir un sol épuisé. L’arbuste permet effectivement de fixer l’azote dans la terre.

Téléchargez la fiche

La fraise

Biologiquement parlant, la fraise n’est pas un fruit. Elle sert de support pulpeux aux graines, appelées akènes, qui, elles, sont les fruits.

Téléchargez la fiche

La framboise

Quand on cueille une framboise, on cueille en fait plusieurs petits fruits attachés ensemble. La framboise a quelques centaines de cousins : la plaquebière ou chicoutai (rubus chamaemorus), la ronce du Japon (rubus phoenicolasius), la catherinette (rubus pubescens), la ronce du Tibet (rubus thibetanus), la mûre (rubus caesius) ou la ronce remarquable (rubus spectabilis).

Find on Map

La pomme

On place la pomme à côté d’autres fruits pour les aider à mûrir. La pomme dégage de l’éthylène, qui accélère la maturation des fruits.

Téléchargez la fiche

La groseille, la gadelle et le cassis

En Saskatchewan, les diverses variétés de groseilles ne sont pas parmi les fruits les plus cultivés, mais elles font tout de même partie de la production artisanale locale. On l’utilise pour en faire des gelées, sirops, confitures, compotes, vins, coulis, tartes, gâteaux et d’autres mets fruités. La groseille a une bonne concentration en pectine, en antioxydants et en vitamine C.

Téléchargez la fiche

Le travail du bois

Il existe une grande variété de métiers du bois, de sa coupe jusqu’au produit fini. Le bûcheron coupe l’arbre dans la forêt. Le scieur en fait des planches. Le luthier fabrique des instruments de musique. Le charpentier naval quant à lui fabrique des bateaux. Le tonnelier fabrique des tonneaux, le tourneur sur bois utilise un tour à bois pour fabriquer des pièces circulaires comme des bols, des poteaux, etc.. Le sculpteur fabrique toutes sortes d’œuvres détaillées. Il y a pratiquement autant de métiers du bois qu’il y a d’objets de bois à fabriquer.

Téléchargez la fiche

Le travail du métal

Au Canada, au courant du XXe siècle, plusieurs forgerons se recyclèrent en plombiers. Comme les pièces de plomberie (tuyauterie, toilette, robinetterie, évier, lavabo) sont faites de métal, il incombait souvent au forgeron local d’installer la nouvelle technologie. Ce passage permit au métier traditionnel de mourir honorablement, durant que les objets de fabrication traditionnelle furent remplacés par la marchandise usinée.

Téléchargez la fiche

Le tissage

La ceinture fléchée, que l’on associe aux Métis et parfois même aux Amérindiens est en fait d’origine canadienne-française et est arrivée dans l’ouest par l’entremise des commerçants de fourrure. Elle servait de ceinture lombaire aux voyageurs durant les portages. On s’en servait aussi de poche, lorsqu’on y fourrait des menus objets comme la tabatière et la pipe. Qui plus est, elle servait de ceinture pour garder le manteau bien fermé en hiver. Au final, les motifs de la ceinture servaient à s’identifier à un lieu d’origine au Québec.

Téléchargez la fiche

Le vin

Un à deux verres de vin par jour sont considérés bons pour la santé, car cela permet de réduire le mauvais cholestérol dans le sang. Cependant, au-delà de cette quantité, le risque devient plus élevé que celui d’un non-buveur. L’alcool a aussi d’autres risques : tension artérielle, obésité, problèmes de foi, cancer… en plus de maladies mentales comme la dépression, la dépendance, les violences conjugales… Il faut donc consommer le vin avec modération !

Téléchargez la fiche

La charcuterie et la boucherie

La charcuterie, c’est la préparation de la viande de diverses parties du porc. Parmi les pièces de charcuterie : les saucisses et les saucissons, les têtes fromagées, les confits, les rillettes, les jambons, les terrines, les tripes les boudins, etc.

Un mets typiquement Saskatchewanais est né lors des corvées de castration : les moules des Prairies (Prairie Oyster). Il s’agit en fait de testicules de bœuf, et les recettes pour les apprêter sont infinies !

Téléchargez la fiche

Les produits laitiers

Aujourd’hui, seuls 35% des adultes peuvent consommer du lait à l’âge adulte. La génétique retrouvée dans certaines régions du monde ne permet pas la production de lactase à l’âge adulte. C’est pour cette raison que certaines personnes sont intolérantes au lactose. La consommation de produits laitiers ne tuera pas cette personne, mais risque de la rendre très malade pour quelques heures, avec une diarrhée très inconfortable !

Téléchargez la fiche

Le cuir et les peaux

Le premier papier utilisé était fait à base de cuir : c’est ce qu’on appelle le parchemin. Le vélin, lui, était un papier fait du cuir de veau nouveau-né.

Téléchargez la fiche

Le blé

Au Moyen-Âge, le mot « bled » était utilisé pour désigner toutes les céréales qui entraient dans la composition du pain. Cela incluait non seulement le millet, le seigle, le méteil, l’épeautre, l’engrain, l’amidonnier, le sarrasin, l’orge, l’avoine et le froment, mais aussi certaines légumineuses, que l’on ajoutait au pain des pauvres. En fait, jusqu’à un certain point, grain et blé étaient même synonymes ! Même si le pain blanc, d’une farine plus raffinée, était l’apanage des riches, le pain des pauvres, noir, contenant le son du blé (l’enveloppe) et des légumineuses, était beaucoup plus nutritif.

Téléchargez la fiche

Le lin

Afin d’être pleinement absorbée par l’organisme, la graine de lin doit être moulue avant d’être consommée. Une fois moulue, elle ne se conserve pas longtemps. Il est donc recommandé de la conserver au congélateur ou au réfrigérateur. Il faut aussi la protéger des rayons du soleil et la garder dans un contenant opaque.

Téléchargez la fiche

La moutarde

La moutarde peut être considérée comme une mauvaise herbe. Elle est invasive et peut resurgir dans un champ plusieurs années plus tard. Par contre, elle permet d’aérer les sols compacts et brise le cycle des maladies. La moutarde est donc un choix judicieux avant la plantation d’autres plantes. Ses fleurs sont aussi appréciées des abeilles qui en font du miel.

Téléchargez la fiche

La lentille

Ce sont les lentilles qui donnent leur nom aux lentilles de contact et aux lentilles de verre utilisées en optique et en photographique, par analogie de forme avec le grain de la plante.

Il faut se l’avouer, qui dit légumineuses, dit flatulences. Or, la lentille est considérée comme étant la légumineuse la plus facile à digérer et produisant le moins de « vents ».

Téléchargez la fiche

Le pois cultivé

Les pois que l’on mange comme légumes crus, comme les petits pois ou les pois mange-tout ne sont pas arrivés à maturité. Les pois secs et les pois cassés sont des pois qui ont fini leur croissance.

Téléchargez la fiche

Le canola

Le canola porte aussi le surnom de « colza double zéro », les deux zéros rappelant la faible quantité d’acides gras et du glucosinolate.

Téléchargez la fiche

L'avoine

Même si l’avoine ne contient pas de gliadine, responsable de l’intolérance au gluten, elle contient une molécule de composition semblable, l’avénine, qui peut provoquer des intolérances similaires.

Téléchargez la fiche

Le bison

Comme le bison est une espèce indigène qui n’atteint pas le stade adulte avant l’âge de deux ans, les mâles ne sont pas stérilisés et grandissent sans hormones artificielles. Ils sont nourris naturellement avec les plantes locales, ce qui en fait un produit biologique.

Téléchargez la fiche

Les abeilles

Certains miels sont toxiques. Ils proviennent des fleurs de plantes vénéneuses ou d’autres types d’abeilles comme la guêpe Lechnagua.

Téléchargez la fiche